CV britannique et CV américain : où est la différence ?

Si un CV britannique et un CV américain possèdent essentiellement la même fonction (vous aider à trouver du travail !), il existe néanmoins quelques différences de taille entre ces deux documents. Examinons ces différences et découvrons quand utiliser un format américain et quand utiliser un format Britannique.

Le nom

En Grande-Bretagne, le document que l’on emploie pour postuler à un poste s’appelle un CV. C’est l’abréviation de « curriculum vitae », qui signifie en Latin « (le) parcours de (ma) vie ».

En Amérique, on appelle ce document un « resumé ».Ce mot correspond au mot français qui signifie « synthèse ».

La fonction

Aux États-Unis :

Un « resume » (vous remarquerez que l’on peut omettre l’accent sur le dernier « e ») est la méthode que l’on privilégie pour postuler à un poste aux États-Unis. Il s’agit d’un document court qui vise à vous démarquer de la concurrence. Un « resume » ne contient généralement qu’une seule page afin de faciliter la tâche des employeurs. A cause sa brièveté, les informations qu’il comprend correspondent uniquement au poste pour lequel on postule (antécédents professionnels, compétences et réalisations).

Ce document est entièrement personnalisable et les demandeurs d’emploi américains adaptent leur CV à chaque offre d’emploi qui les intéresse. Les informations qu’il contient ne seront pas forcément présentées dans un ordre chronologique et ne couvriront pas toute votre carrière professionnelle.

Des CVs plus longs pourront parfois être demandés aux États-Unis dans le cadre de postes techniques ou de rôles relevant du domaine universitaire. Dans ce cas-là, l’employeur précisera qu’il voudra recevoir un « professional resume » plutôt qu’un « short resume ».

Au Royaume-Uni :

Le mot « resume » est rarement employé en Grande-Bretagne. Le « CV » est le format préféré des Britanniques. Il s’agit d’un document un peu plus long qui comprend davantage de renseignements.

Le nom

Aux États-Unis :

Si le mot « CV » est utilisé aux États-Unis, on l’associe essentiellement au milieu universitaire. En Amérique, un « CV » est généralement beaucoup plus long qu’un « resume » (environ 10 pages au lieu d’une ou deux) et cite toutes les réalisations du candidat au poste à pourvoir : publications, bourses, responsabilités, etc. Ce type de document n’est pas requis pour des rôles non-techniques ou non-universitaires.

Au Royaume-Uni :

Traditionnellement :

Un « CV » est un document approfondi qui offre à l’employeur une vue d’ensemble de votre carrière professionnelle, dans l’ordre chronologique et sur plusieurs pages. Il cite vos résultats universitaires, ainsi que les lieux où vous avez étudié et toutes vos autres réalisations (diplômes, prix et distinctions). Il comprend généralement une partie où l’on mentionne ses objectifs, loisirs et centres d’intérêts.

Conçu pour donner une image complète de votre « course of life », il est censé être statique, c’est-à-dire que le même CV sera utilisé pour toutes les offres d’emploi auxquelles vous postulerez. Vous n’apporterez des modifications qu’à votre lettre d’accompagnement.

Aujourd’hui :

Aujourd’hui, un « CV » au Royaume-Uni est un document qui est à mi-chemin entre un CV traditionnel et un « resume ». Désormais, les employeurs n’ont plus le temps de lire des pages entières de chacune de vos réalisations. Le CV britannique moderne doit donc être allégé afin de tenir sur deux pages. Il ne doit présenter que les réalisations qui vous semblent les plus pertinentes à l’emploi auquel vous postulez.

Les informations citées doivent être répertoriées dans l’ordre chronologique et couvrir succinctement votre éducation supérieure (on omettra son parcours scolaire) en mentionnant le nom de son université, ses diplômes, notes et formations).

Les CVs britanniques d’aujourd’hui doivent être adaptés à chaque poste pour lequel on postule.

Quelle variante d’utiliser ?

Aux États-Unis et au Canada, le « resume » est l’option à privilégier. Les Américains et les Canadiens n’emploient un« CV » que lorsqu’ils postulent pour un emploi à l’étranger ou qu’ils recherchent un poste universitaire ou dans la recherche.
Au Royaume-Uni et dans tous les pays similaires au Royaume-Uni comme l’Irlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, on privilégiera plutôt le CV.

Différences linguistiques

Orthographe

Évidemment, on emploiera l’anglais américain pour postuler à un poste aux États-Unis et l’anglais britannique pour postuler à un poste au Royaume-Uni. N’oubliez donc pas les différences qui s’imposent au niveau de l’orthographe : la principale étant que l’on utilise le suffixe « ize » aux États-Unis, et le suffixe « ise » au Royaume-Uni, même si ces deux orthographes sont aujourd’hui tout à fait acceptables des deux côtés de l’Atlantique.

Stages

Certains mots apparaissant fréquemment sur un « CV » ou un « resume » possèdent des variantes aux États-Unis et au Royaume-Uni. En Amérique, on emploiera le mot « internship » pour parler d’un stage, alors qu’au Royaume-Uni, on lui préférera les expressions « work placement » ou « training period ». Si vous avez été « intern » aux États-Unis, vous aurez donc été « trainee » au Royaume-Uni.

Nous espérons que ces explications vous permettront d’y voir un peu plus clair et vous souhaitons bonne chance dans votre recherche d’emploi ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les partager dans l’espace ci-dessous réservé aux commentaires.

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked